Slide background

Indication Géographique Protégée

2020, un millésime apaisé, tout en rondeur et en équilibre

Après une année 2019 marquée par des vins massifs et concentrés, le millésime 2020, exceptionnellement précoce, signe le retour de vins plus frais, dotés d’un grand équilibre.

L’été 2019 sec et très chaud demandait un hiver pluvieux pour permettre aux réserves en eau de se reconstituer. Ce fut le cas d’octobre à décembre 2019 avec un cumul de précipitations de 400 à 500 mm selon les secteurs, puis avec une fin de printemps particulièrement humide. Les températures hivernales furent assez douces ce qui entraîna un débourrement très précoce. Le printemps demeura très doux, confirmant ainsi la grande précocité du millésime avec une floraison à la mi-mai.
Les pluies sont quasi absentes de mi-juin à début août, jusqu’à ce que plusieurs épisodes pluvieux viennent prévenir tout risque de stress hydrique. L’été fut chaud mais pas caniculaire. La véraison commence dès la fin juillet et est très rapide.

Les premières parcelles de blancs sont récoltées dès la troisième semaine d’août et celles de Syrah début septembre. Autour du 20 septembre quelques pluies (40 à 60 mm) retardent les chantiers de récolte, ralentissant un peu l’accumulation des sucres mais accélérant la maturation phénolique des Grenache et des Mourvèdre. Les vendanges se poursuivent sereinement jusque mi-octobre, aucun épisode météorologique ne venant les interrompre, les vignerons purent récolter chacune de leurs parcelles à l’optimum de leur maturité. Les raisins, très sains, n’ont nécessité que peu de tri. Les fermentations alcooliques se sont déroulées sans aucuns soucis.

A voir aussi…

        Terre de Bussière

        Viognier

        Rosé

Archives / Millesimes

2010

2010, QUANTITATIVEMENT FAIBLE MAIS QUALITATIVEMENT ÉLEVÉ

Avec un rendement moyen qui s’établit à 27 hl / ha (pour 35 hl / ha autorisé dans le cahier des charges de l’appellation), le millésime 2010 restera dans les mémoires comme l’un des plus faibles en termes de volumes produits, et l’un des plus élevés en ce qui concerne la qualité des raisins récoltés et des vins qui en sont issus.

2011

2011, DES CONDITIONS DE VENDANGES EXCEPTIONNELLES

Avec un rendement moyen estimé à 33 hl/ha, la récolte 2011 à Châteauneuf-du-Pape revient dans les standards quantitatifs, mettant ainsi fin à plusieurs années de récoltes faibles en volume. Si tous les vins ne sont pas encore terminés, il n’en demeure pas moins que l’on peut déjà se faire une bonne idée de la qualité du millésime. Les conditions météorologiques des vendanges auront permis de récolter les raisins à maturité optimale.

2012

2013

2013, UN MILLÉSIME TRÈS « ANNÉES 80 »

Le vignoble de Châteauneuf-du-Pape a livré un millésime 2013 marqué par des maturités tardives, qui rappelle à bien des égards ceux des années 80. Epargné par les aléas climatiques qui ont affecté de nombreuses régions (grêle notamment), il se caractérise par de faibles rendements et par des équilibres relativement atypiques où le fruit l’emporte sur la puissance.

2014

2014, UN MILLÉSIME DE VIGNERONS

Le millésime 2014 à Châteauneuf-­‐du-­‐Pape est ce que l’on appelle communément « un millésime de vignerons » tant le travail à la vigne a eu une importance cruciale tout au long de cette année qui débuta tôt en saison pour se terminer tard dans l’automne. Une année épuisante, où expérience et anticipation se révélèrent être de précieux atouts pour produire de beaux raisins.

2015

2015, UN MILLÉSIME GÉNÉREUX

Marqué par plusieurs épisodes de fortes chaleurs et quelques orages arrivés à point nommé, le millésime 2015 à Châteauneuf-du-Pape peut, d’ores et déjà, être qualifié de généreux dans tous les sens du terme. Généreux en couleur, en structure et en maturité. Mais généreux aussi en quantité, ce qui est somme toute assez rare dans une appellation connue pour la faiblesse de ses rendements.

2016

2016, UN MILLÉSIME FABULEUX

Alors que les températures demeurent élevées pour la saison, que le vignoble resplendit d’un jaune éclatant et que les pressoirs ont été nettoyés et rangés, les premiers vins présentés aux assemblages confirment ce que l’on pressentait : 2016 est un millésime fabuleux ! Et si d’aucuns le comparent au magnifique 2010, d’autres n’hésitent pas à remonter au célébrissime 1990… Nous sommes dans tous les cas, et de façon indiscutable, dans l’univers des très grands millésimes.

2017

2017, UN MILLÉSIME EXCELLENT MAIS CONFIDENTIEL

Exceptionnelle à bien des égards, l’année 2017 a engendré des records climatiques qui se sont traduits par une récolte précoce et peu quantitative. Marquant à plus d’un fait, on retiendra surtout de ce millésime l’excellente qualité des vins produits. Des vins équilibrés, riches et dotés de jolis tanins veloutés pour les rouges, vifs et fruités pour les blancs.

2018

2018, DE BELLES MATURITES ET DE BEAUX EQUILIBRES

De mémoire de vignerons il faut remonter à plusieurs décennies pour retrouver un début d’année aussi pluvieux. Fort heureusement, septembre aura été épargné par les pluies d’équinoxe (limitées à 5 mm), ce qui aura permis aux vignerons de vendanger en toute sérénité, jusqu’à tard dans l’arrière-saison. Issus de raisins présentant un excellent état sanitaire, les Châteauneuf-du-Pape rouges et blancs du millésime 2018 sont caractérisés par des maturités optimales et de très belles longueurs en bouche.

2019

2019, UN MILLESIME SUPERBE, HAUT EN COULEUR ET DE BELLE FACTURE

Les vendanges ont commencé tôt en saison et se sont déroulées dans la plus grande sérénité. Les pluies du 18 septembre ont induit une augmentation des rendements en jus ainsi qu’un rééquilibrage des moûts. Le parfait état sanitaire des raisins a permis d’élaborer en 2019 des Châteauneuf-du-Pape rouges très colorés, onctueux et généreux. Les blancs sont gras, amples et dotés de belles longueurs en bouche.