Slide background

Châteauneuf-du-Pape

2015, un millésime généreux

Marqué par plusieurs épisodes de fortes chaleurs et quelques orages arrivés à point nommé, le millésime 2015 à Châteauneuf-du-Pape peut être qualifié de généreux: généreux en couleur, en structure et en maturité. Mais généreux aussi en  quantité, ce qui est somme toute assez rare dans une appellation connue pour la faiblesse de ses rendements.

À un printemps plutôt habituel en terme de pluviométrie (170 mm), succéda un été sec et chaud, avec des températures qui ont plusieurs fois dépassé les 37°C. De la mi-juin à la mi-août, le cumul des précipitations s’est élevé à moins de 60 mm, ce qui est peu au regard de l’insolation qui a atteint 1941 h d’avril à septembre.

Ces conditions météorologiques ont favorisé une maturité homogène des baies, les orages de la mi-septembre n’ayant en rien affecté la qualité pressentie du millésime. Les premières grappes de raisins blancs ont été coupées fin août et les derniers mourvèdres seulement à la mi-octobre. Si les vendanges se sont étalées sur de longues semaines, il n’en fut pas de même avec les fermentations qui se sont déroulées sereinement, donnant naissance à des vins riches, très équilibrés et dotés d’une belle complexité.

        Tradition

        Chaupin

        Vieilles vignes

2014, un millésime de vignerons

Une année épuisante, où expérience et anticipation furent de précieux atouts pour produire de beaux raisins. À un hiver doux et pluvieux succéda un printemps sec et chaud. En raison d’un été ponctué de pluies hebdomadaires, de nuits fraîches et d’un ensoleillement inférieur aux moyennes saisonnières, le millésime perdit de sa précocité pour devenir l’un des plus tardifs de la décennie. Les vendanges ont débuté autour du 16 septembre, avec des maturités parfois hétérogènes. À millésime tardif, décuvages tardifs. Les pressoirs ont fonctionné jusqu’en novembre, libérant des jus fruités et très équilibrés, qui se révèleront pleinement au vieillissement.

A voir aussi…

        Tradition

        Prestige

Archives / Millesimes

2013

2013, un millésime très «Années 1980»

Epargné par les aléas climatiques qui ont affecté de nombreuses régions, le millésime 2013 se caractérise par de faibles rendements et des équilibres relativement atypiques où le fruit l’emporte sur la puissance. Cette conjugaison d’un temps frais et d’un air humide a eu pour conséquences de retarder le démarrage végétatif des vignes et de provoquer une forte coulure du grenache.
Les conditions météorologiques de l’été 2013 ont été bonnes, mais insuffisantes pour permettre de rattraper le retard pris au printemps. Tardif, le millésime 2013 est aussi l’un des plus faibles en quantité avec un rendement moyen sur l’appellation de 26h/ha.
Les vendanges ont commencé sur la deuxième quinzaine de septembre et se sont déroulées dans d’excellentes conditions. Les fermentations alcooliques et malolactiques se sont rapidement terminées, ouvrant la voie à des vins rouges dont les équilibres rappellent ceux du milieu des années 1980, avec de belles acidités, des degrés alcooliques modérés et des grenaches sur le fruit.
Les vins blancs présentent une belle fraîcheur aromatique (agrumes, fleurs blanches, fruits exotiques) et gustative. Ils sont dotés d’un très beau potentiel de garde.